12

Ex pression politique

MAJORITÉ MUNICIPALE - FRONT NATIONAL POUR HAYANGE

Nous avons été élus sur un programme clair, que nous ne cessons de mett re en place depuis le début de notre 

mandature. Il est vrai que vous, Hayangeois, ne deviez pas être habitués à vous exprimer, tant le débat et la 

parole était auparavant muselée. Il est temps de sortir de cett e logique passéiste, d’un autre temps.

Nous estimons qu’une politique communale doit s’appliquer en plein accord avec les habitants et c’est exac-

tement l’objet de ce référendum. Il s’agit de vous donner les clés, pour enfi n vous exprimer. Prenez enfi n la 

parole pour décider de l’avenir de la ville, car c’est votre droit le plus inconditionnel. Vous le saviez, c’était une 

promesse de campagne, un engagement de notre part, de vous faire participer aux grandes décisions de la 

commune. 

Loin des accords partisans et des arrangements autrefois pratiqués, il est temps de redonner la parole à ceux 

qui doivent en disposer en démocratie. Nous assumons pleinement notre volonté de laisser les Hayangeois 

s’exprimer. Ceux qui y voient là une manœuvre politique ont une vision bien autoritaire de l’exercice du pou-

voir, même à l’échelon local.

Il ne s’agit pas de vous infl uencer ou de vous donner de consigne de vote. Nous estimons que vous êtes des 

personnes responsables et que vous saurez vous prononcer en toute connaissance de cause. Il ne s’agit pas 

non plus de bloquer les investissements en cas de refus, simplement de vous placer au centre des décisions de 

votre ville.

Et comme à notre habitude, nous continuerons d’appliquer un programme qui vous ressemble, et pour lequel 

nous avons été élu, sans calcul ni manœuvre mais avec sincérité et dévouement, sans tenir compte des vocifé-

rations puériles et stériles d’une opposition dans la contestation permanente.

GROUPE HAYANGE AUTREMENT

Une bonne manière de se défausser :

UNE CONSULTATION EN TROMPE L’ŒIL.

Un référendum à environ 12 000 €,(dixit Monsieur le Maire en conseil municipal), payables par le contribuable local cela va sans 

dire,  pour quoi faire ? C’est clair : pour fuir ses responsabilités et prendre les électeurs hayangeois en otages sous prétexte trompeur 

et fallacieux de consultation populaire et participative. Ainsi, quel que soit le résultat, l’actuelle majorité municipale aura beau jeu 

de se laver les mains en laissant l’entière responsabilité du choix à ses administrés, faisant comme si elle n’y était pour rien puisque 

vote il y a eu et que les Hayangeois (caressés dans le sens du poil avec des idées bien arrêtées pour être aimé malgré tout), se seront 

prononcés. Autrement dit : ce n’est pas moi, c’est l’autre. C’est un peu gros !

Beau dilemme : Si le projet d’aménagement du Molitor est approuvé avec ses conséquences fi nancières lourdes pour le budget com-

munal ce sera : « c’est eux qui l’ont voulu. Nous on y est pour rien ».

Si le projet est désapprouvé, privant Hayange d’un bel outil, ce sera une autre rengaine du genre : « c’est de leur faute si nous ne 

faisons rien. C’est eux qui l’ont voulu ». Ne vous y trompez pas ! Cett e démarche n’est pas empreinte d’angélisme ni respectueuse du 

choix des électeurs. A bien y réfl échir (car les Hayangeois sont encore capables d’analyses et nous faisons confi ance à leur bon sens) 

elle aurait plutôt des relents de démagogie. Il appartient bel et bien à l’actuelle majorité dans l’exécutif municipal – maire en tête sans 

se tresser de vertueuses couronnes –  de prendre les décisions engageant l’avenir à moyen et long termes de la ville. Sans fl att erie, en 

évitant de se revêtir de piégeurs atours démocratiques.

Comme il aurait plus sage et plus logique d’explorer, d’abord et avant tout, les moyens fi nanciers pouvant être réunis autour de ce 

projet, qui était dans notre programme de campagne, rappelons-le.

C’est par là qu’il aurait fallu commencer. La posture de l’isolement  qui prévaut  actuellement sans se rendre sympathique dans les 

autres instances, sans appuis forts, pour de velléités partisanes et idéologiques, risque fort d’amener à la catastrophe.

 Hayange de plus en plus seule, Hayange seule contre tous,  nous ne voulons pas de ce raisonnement et de ces bras de fer. D’autres 

comportements sont possibles sans que la population ait à décider en lieu et place de ceux qui détiennent le pouvoir de décision 

eff ectif.

 Pour notre part nous ne croyons pas que la politique sortira grandie de cett e pseudo consultation ni qu’elle incitera les citoyens à 

prendre plus d’intérêt et une part plus activiste  dans la vie de cett e ville qui nous est chère et que nous voulons défendre pour le bien 

de tous.

PAS DE DUPERIE. C’EST CE PIÈGE LA QUE NOUS  VOULONS ÉVITER.

Isabelle WEBER, Pascal HAUCK, Aurélie TAKACS, Claude HELF, Simon RICCHIUTI