Meteo

Hayange

COMMUNIQUE

Programme Hivernal 2018

du 19 décembre 2014 au

19 décembre 2014 Communiqué de Presse de Fabien Engelmann, Maire de Hayange,

Décision du Tribunal administratif de Strasbourg : deux poids, deux mesures ?

Le tribunal administratif de Strasbourg vient de me condamner au non remboursement de mes comptes de campagne et à un an d’inéligibilité.

On ne peut pas se servir de la justice pour résoudre des querelles politiques.  Je suis pourtant obligé de constater qu’aujourd’hui, dans notre pays, il y a une justice à deux vitesses.

D’un côté Monsieur SARKOZY, ancien Président de la République, avec l’affaire BYGMALION qui a brassé des millions d’euros et a fait exploser son plafond autorisé pour les dépenses électorales lors de la campagne présidentielle de 2012.

Du même côté,  Monsieur GROSDIDIER, Sénateur-Maire UMP de Woippy en Moselle, qui, alors que le rapporteur public avait requis trois ans d’inéligibilité à son encontre et le rejet de ses comptes de campagne pour des irrégularités graves et délibérées et pour un important dépassement du plafond autorisé (source le Républicain Lorrain du 31 octobre 2014), n’a été condamné qu’au non remboursement de ses comptes de campagne, sans subir le couperet de l’inéligibilité.

De l’autre côté,  Fabien Engelmann, ouvrier, syndicaliste indépendant, Maire Front national élu démocratiquement à Hayange, frappé par un jugement « féroce » pour un dépôt de garantie de 1 575 € (impression de deux tracts), versé à mon insu par mon ex-première adjointe, Madame Da SILVA, alors que ces factures figurent bien sur mon compte de campagne et ont  été intégralement payées, par l’intermédiaire de mon mandataire financier.

Pour prouver la véracité de mes propos, je mets à la disposition de la presse ou à toute autre personne, une copie de mes extraits de comptes prouvant ma bonne foi et le non dépassement du plafond autorisé ainsi qu’un duplicata du paiement de ces deux factures.

Evidemment, dès lundi, je vais préparer mon recours devant le Conseil d’Etat avec mes avocats.

Je reste malgré tout confiant aux juges suprêmes du Conseil d’Etat.